Divertissement

pour contrebasse (ou violoncelle) et orchestre opus 10

Compositeur: Julien-François Zbinden
Date de composition: 1948
Durée: 13'
Instrumentation: 2.2.2.2 – 2.2.2.0. – T. – 1 Perc. – Cb solo en Ré – Cordes
Dédicace: A Hans Fryba

Création
Date: 27 février 1951
Lieu: Cologne
Evénement: (version pour contrebasse)
Interprète(s): Hans Fryba (contrebasse), Nordwestdeutscher Rundfunk Orchester, Walter Schüchter (direction)

Edition: Schott Musik International

Note

Le Divertissement pour Contrebasse et orchestre op.10 a été composé dans les années 1948 et 1949. Œuvre d’un seul tenant, mais constituée de nombreux épisodes, sa partie solistique a été élaborée en étroite collaboration avec Hans Fryba, musicien d’origine autrichienne, à l’époque contrebassiste solo de l’Orchestre de la Suisse Romande. Virtuose accompli, Hans Fryba a créé l’œuvre le 27 février 1951 accompagné par l’orchestre du Nordwestdeutscher Rundfunk à Cologne sous la direction de Walter Schüchter. En reconnaissance de sa précieuse collaboration, l’œuvre lui a été dédiée ; elle est publiée par l’édition Schott’s Söhne à Mayence. Notons encore que la version avec violoncelle a vu sa création le 31 octobre 1961 à Hanovre par Siegfried Palm accompagné par l'orchestre du Norddeutscher Rundfunk sous la direction de Franz-Paul Decker, 

Le Divertissement s’ouvre.par une brève sonnerie où apparaît déjà un motif important. Suit un adagio de caractère nostalgique et romantique ornementé de broderies de l’instrument soliste. Les cordes en pizzicati exposent ensuite le début d’un allegro de caractère léger et enjoué auquel répond la contrebasse dans le même esprit. Un second lento reprend les éléments de l’allegro et sert de transition à la romance qui suit, dont le thème, exposé tout d’abord à la contrebasse, est repris par le hautbois, tous deux accompagnés par les bassons, cors et trombones, tandis que le soliste déroule, sous le thème du hautbois, une variation virtuose. Les cordes réintroduisent l’allegro initial dans une mise en œuvre de l’ensemble des motifs évoqués précédemment, et après un court passage fugué, l’orchestre conclut dans un tutti fortissimo, auquel répond la contrebasse par une importante cadence mettant en évidence les aptitudes instrumentales du soliste. L’œuvre se termine par une courte coda qui rassemble, une fois encore, les motifs principaux en y ajoutant une citation du thème de la romance. L’œuvre a été plusieurs fois inscrite dans les programmes du Concours International d’Exécution Musicale de Genève.




Discographie

Julien-François Zbinden
Orchestre de Chambre de Lausanne, Armin Jordan (direction)

Référence

Virgilio Mortari
compositeur

J'ai entendu par Petracchi votre "Concerto" pour contrebasse et je vous félicite de tout cœur. J'aimerais d'être renseigné de votre activité. Et si quelquefois vous m'écrivez, j'en serais heureux.

Lettre personnelle, Rome 1973

Voir toutes les références